Ce n'est probablement pas un hasard si dans la tradition chrétienne c'était le prêtre qui donnait le nom à chaque enfant pendant le baptême. C'était toujours le nom d'un Saint, connu pour ses vertus. Et la fête du nom ce n'est pas seulement la fête d'une personne concrète, mais aussi la fête du Saint à l'honneur duquel on porte le nom. Tous les noms étaient dans le livre spécial ? calendrier des saints.

Aujourd'hui il existe des livres où on énumère les noms les plus répandus et on donne une courte description. Cette information est très intéressante et éveille un grand intérêt, elle est très utile pour les futurs parents. Mais les parents doivent être très raisonnables parce que parfois ils peuvent ne pas donner un nom à son enfant, mais l'en «charger».

Très souvent le nom de l'enfant reflète le désir des parents de voir son enfant pareil à une personne exacte. Quand à un garçon on donne le nom de son père ou de son grand-père, et à une fille le nom de sa mère ou de sa grand-mère c'est le plus souvent un acte qui charge l'enfant d'obligations précises.

Parfois, en donnant de très beaux noms les parents ne pensent pas au futur de leurs enfants. Une fille peut être appelée Juliette et peut vivre sans problèmes toute sa vie. Et si tout à coup elle rencontre des difficultés en amour? Quand vient un malheur, les parents se rendent compte qu'ils n'ont pas pensé à la «biographie» du nom, n'ont pas protégé l'enfant des malheurs possibles.